Article paru dans www.zoomdici.fr, le 25 juin 2017

Tous les représentants des partenaires qui sont derrière l’organisation du Festival Celte en Gévaudan, se sont retrouvés à l’Hôtel du département, au Puy, pour amorcer la dernière ligne droite avant l’événement.

« Nous avons déjà vendu près de 1000 places », s’enorgueillissent les organisateurs du Festival Celtes en Gévaudan, qui se déroulera les 10, 11 et 12 août prochains à Saugues.
Il ne faudra donc pas trop traîner, si l’on veut être sûr d’avoir une place. Un succès qui en dit long sur la pertinence du choix des artistes. En effet les programmateurs ont décidé de refaire confiance à Le Condor, le soir du premier concert payant de l’édition 2017, puis de faire appel au groupe Matmatah qui revient sur le devant de la scène après plusieurs années d’absence.

Satisfaire à de nombreuses contraintes au Sauvage

Ça c’est pour ce qui concerne les têtes d’affiche (voir le programme complet sur le site), mais l’autre événement c’est aussi bien sûr cette soirée d’ouverture du vendredi qui se déroulera sur le site du Sauvage, propriété du Département, à 1300 m d’altitude.
Proche de la ligne de crête de la Margeride, non loin de la limite avec le département de la Lozère, ce lieu privilégié est habitué à voir passer du monde, puisque sur le chemin de Saint-Jacques.
Mais un concert, devant des centaines de personnes, ça c’est une première. Et il a été question de satisfaire à de nombreuses contraintes, notamment environnementales (le site est classé Natura 2000).

«La culture porteuse d’économie et d’ouverture d’esprit»

Mais les organisateurs ont rempli toutes les garanties et le feu vert a pu être donné pour la tenue du concert, précédé d’un repas géant servi par l’auberge du Sauvage.
Le maire de Saugues, Michel Brun, a rappelé l’importance de la tenue d’un tel Festival en terres sauguaines : « ce projet est fédérateur, on a pensé que la culture était porteuse d’économie et d’ouverture d’esprit, un domaine où l’on pêchait un peu jusqu’ici. Il faut savoir que ce festival, c’est 1 million d’euros, en termes de retombées économiques.»
Madeleine Dubois, vice-présidente du conseil départemental, a rappelé que sa collectivité était un partenaire privilégié du festival, « je sais que 2016 a été un bon cru, avec près de 3200 entrées. Je dois rappeler que le Département a un budget de subvention de 260 000 euros en direction des festivals, en Haute-Loire, dont il faut souligner la grande diversité.»

J.J.