Contrairement à l’Aubrac tout proche, la Margeride ne comporte aucune trace d’érosion glaciaire. A l’ère quaternaire, les glaciers y étaient donc absents ou trop petits pour y laisser des traces de leur passage. Cette différence par rapport à l’Aubrac reste assez mystérieuse. Elle ne peut s’expliquer que par un climat nettement plus sec. Certains chercheurs ont avancé l’hypothèse de la présence quasi-permanente à cette période d’un anticyclone stationnant sur l’est du Massif central

Les granits à dents de cheval sont très fréquents en Margeride. Rappelons que la Margeride englobe le Cantal, la Haute-Loire et la Lozère. La roche prédominante en Margeride est un granite incorporant de grands cristaux de feldspath potassique. Ces cristaux de feldspath peuvant atteindre 10 cm de long, c’est la raison pour laquelle on parle parfois de granite à « dents de cheval ». La présence du granite est soulignée dans le paysage par de nombreux chaos (à Rimeize par exemple) ou des empilements de rochers (appelés tor en géomorphologie) dégagés par l’érosion. A proximité de Saugues, des granites à dents de cheval sont observables sur les communes de Monistrol d’Allier site de notre Dame d’Estours, Grézes et Cubelles. Pour photographier des empilement rocheux, vous pouvez vous rendre sur les sites de Le Villeret de Chanalleilles, Venteuges et au village de Servieres sur la commune de Saugues